Sélectionner une page

Encore des licenciements en masse alors que la situation économique est bonne particulièrement en France.

Ce sera le quatrième plan de licenciements collectifs en 4 ans depuis que NOKIA a racheté Alcatel-Lucent en 2016. D‘après les informations qui fuitent, ce plan toucherait cette fois largement la R&D en plus des secteurs SG&A. L’ampleur du séisme ne sera connu que lundi 22 juin lors de la remise aux élus du CSE central d’ALUI du « livre II » décrivant les postes supprimés et les pseudo-justifications économiques pour restaurer d’urgence la distribution de dividendes aux actionnaires.
Il y a à peine quelques jours, la direction a annoncé en commission économique du CSE-Central que notre industrie, vitale durant la pandémie, ne souffre nullement des conséquences du COVID. Les opérateurs continuent d’investir, Nokia rattrape son retard en 5G plus vite que prévu et à marche forcée. Ericsson serait même dépassé en performances ! Selon la direction elle-même, la productivité n’a pas baissé durant le confinement avec 95% des salariés en télétravail. Bien au contraire, les salariés ont même travaillé plus : « On a pété les scores ! ». Confinés, déconfinés, virés : apprécions le cynisme « éthique » de la Direction Nokia !

Après 2 ans d’overdose de travail de nouveau des charrettes

Dans le prolongement du « Red-Code », au mépris de nos accords d’entreprise, la direction a lancé le travail en décalé la semaine (7H -20H30) et le samedi à la maison pour les salariés travaillant sur les nouvelles cartes ABIN-ABIO. Dans les équipes SG&A, décimées par les PSE précédents, la charge de travail est devenue insupportable : la démonstration est faite que les délocalisations sont un échec !
Cela fait maintenant 2 ans que le travail du samedi/dimanche est devenu la norme « pour rattraper notre retard » épuisant les salariés. Tout cela pour être jetés comme de vulgaires masques usagés !
Ce nouveau plan de suppression d’emplois et de délocalisations fout en l’air les engagements de R. Suri envers E. Macron. L’Elysée et Bercy nous trahissent et nous abandonnent. Les masques tombent !
Mobilisons-nous ! Nous n’avons pas d’autre choix que de nous battre contre ce plan. Lundi 22 juin, l’Inter-Syndicale appelle à débrayer en se déconnectant pendant le CSE-Central de 10H30 à 12H30.
Montrons que notre travail fait la richesse de Nokia, arrêtons de faire du zèle. Pendant toute la procédure, ralentissons le rythme, Le boulot, c’est 7,7 heures par jour en moyenne et pas plus !

Des AG virtuelles ou physiques vous seront proposées rapidement.